L’ATTAQUE VOCALIQUE CHEZ LE CHANTEUR

Magali Roure, Benoît Amy de la Bretèque

Hôpital Gui de Chauliac, Service ORL, Unité de phoniatrie, Montpellier

La maîtrise de sa voix, que possède le chanteur, se retrouve tout particulièrement au moment de la mise en vibration des cordes vocales lors d’une émission de voyelle tenue.

Cette étude compare l’attaque entre un groupe de 4 chanteuses professionnelles et un groupe de 4 femmes non chanteuses. Nous leur avons proposé différentes épreuves : tenues vocaliques (/a/) en voix parlée, en voix chantée et en situation dans une phrase musicale (début de la chanson “A la claire fontaine”). Nous avons considéré l’intensité moyenne, l’instabilité en fréquence (jitter) et en amplitude (shimmer), le rapport harmonique/bruit, la répartition des pointes harmoniques. Nous avons enfin procédé à une mesure de durée intégrant la phase inspiratoire précédant l’attaque à cette mesure : une analyse spirométrique combinée à une représentation temporelle.

Les résultats ont indiqué que les critères les plus marquants de la différence entre chanteurs et non chanteurs au moment de l’attaque étaient l’intensité moyenne et la durée de l’onset. Il semble que le sujet non chanteur initie le son en mobilisant assez rapidement une intensité moyenne importante, alors que le chanteur initie le son en augmentant l’intensité au fur et à mesure. L’attaque semble alors plus douce.

La façon avec laquelle le sujet met en vibration ses cordes vocales semble être un bon indicateur de la maîtrise qu’il a de sa voix.

2006_19

L’ATTAQUE VOCALIQUE CHEZ LE CHANTEUR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *