EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE APRES LARYNGECTOMIE TOTALE

Ronan Delahaye*, Christophe Tessier**, orthophonistes

*Les Aulnais 35137 Pleumeleuc 

**Service ORL, HEGP, Paris et cabinet en libéral (Rennes 35)

delahaye.ronan@voila.fr , tessier.35@wanadoo.fr

Objectifs : Dans le cadre d’une recherche de l’amélioration de la prise en charge orthophonique des patients laryngectomisés totaux (LT), une approche « écologique » de la rééducation des LT nous semblait être la plus appropriée pour adapter notre technique à la situation propre de chaque patient (en fonction de ses attentes, de ses besoins, etc…), et favoriser ainsi la réussite de l’apprentissage d’une voix de substitution.

Matériel et méthodes : Les patients ont été évalués avec des échelles d’auto-évaluation i) l’EORTC QLQ-C30 abordant des dimensions communes à tous les patients souffrant d’un cancer, et l’EORTC QLQ H&N-30 abordant des dimensions plus caractéristiques des cancers de la tête et du cou, ii) et une échelle de handicap vocal VHI pour pouvoir comparer qualité de vie et handicap vocal ressentis. Nous avons complété cette étude par une évaluation perceptive avec l’échelle I(I)NFVo correspondant au GRBAS pour les voix alaryngées

Population : 37 sujets dont 31 hommes (84%) et 6 femmes (16%) d’âge moyen 60 ans. Neuf sujets sont porteurs d’une prothèse trachéo-œsophagienne (24%). Le délai post opératoire moyen est de 5 ans.

Résultats : La qualité de vie chez les patients LT est relativement bien préservée, la principale doléance se situant dans le domaine social. Ni l’âge, ni le sexe, ni le délai post-opératoire, ni l’utilisation de la voix trachéo-œsophagienne plutôt que la voix oro-oesophagienne semblent n’avoir d’influence sur la qualité de vie des patients interrogés.

Les résultats au VHI montrent que seul le délai postopératoire influe sur le handicap vocal.

Quant à l’analyse perceptive, seuls le délai post-opératoire et l’utilisation de la voix trachéo-œsophagienne influent sur les scores.

Conclusions : Cette étude ce nous a permis de constater l’absence de corrélation entre la qualité de vie, le handicap vocal et la qualité perceptive de la voix alaryngée. Ces échelles sont des outils complémentaires et peuvent constituer une aide précieuse dans la prise en charge des LT grâce à des méthodes simples (auto-évaluation), standardisées, reproductibles, dans un but de bilan de début ou de fin de prise en charge ou bien de contrôle et de suivi.

12_delahaye

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE APRES LARYNGECTOMIE TOTALE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *