STRUCTURE CORDALE: DE LA MICROSTRUCTURE A LA MICROFONCTION

Marie-Dominique Dubois, Christian Martin, Jean-Michel Prades

Service ORL, CHU Saint-Etienne, 42 055 Saint-Etienne

m.dominique.dubois@chu-st-etienne.fr

Pour assurer une vibration correcte, la corde vocale présente une structure histologique complexe qui ne cesse de se dévoiler avec l’évolution des techniques de recherche. De nombreux travaux ont permis de mettre en évidence sa composition quantitative et qualitative. Notre objectif est de faire un état de l’avancée des dernières recherches sur cette structure.

Un des éléments important de la structure cordale est son organisation stratifiée composée d’une muqueuse et d’un muscle. La muqueuse comprend l’épithélium et la lamina propria, elle-même divisée en trois couches différentes : superficielle où se situe l’espace de Reinke, intermédiaire et profonde. Ces deux dernières couches constituent le ligament vocal s’étendant entre les deux maculae flavae. Cette différentiation laminaire est principalement liée à la composition des éléments fibreux la constituant, notamment les fibres de collagène et d’élastine. Selon les techniques utilisées pour l’étude de ces fibres collagéniques, différents types de collagène, différentes répartitions au sein de la lamina propria et dans les maculae flavae sont proposées. Nous en présentons ici une synthèse et montrons comment cette répartition quantitative et qualitative oriente vers un rôle plus précis de ces couches.

De plus, l’organisation de ces fibres protéiques n’est pas faite au hasard : les fibres semblent entrecroisées dans les trois dimensions de l’espace, et entre ces fibres, des protéines interstitielles (protéoglycanes, glycoprotéines, …), des fibres d’élastine et des cellules sont présentes. Cette organisation particulière fournit une force extensible et une grande résistance à ces tissus et leur donne aussi des propriétés viscoélastiques. Pour que cet ensemble puisse être optimal dans son fonctionnement, des cellules vont être impliquées dans la synthèse des différents éléments constitutifs de la lamina propria et des maculae flavae. Nous montrons ainsi comment elles pourraient jouer un rôle de maintenance dans ces tissus et intervenir aussi dans la réponse inflammatoire et dans la réparation des lésions.

Enfin, nous évoquons comment les maculae flavae pourraient avoir un rôle important dans le développement, la croissance et le vieillissement de cette structure cordale par la synthèse des divers éléments constitutifs de ce tissu. Elles joueraient aussi un rôle d’amortisseur pendant la phonation et éviteraient les lésions mécaniques aux extrémités de la corde.

07_dubois

STRUCTURE CORDALE: DE LA MICROSTRUCTURE A LA MICROFONCTION

2 commentaires sur “STRUCTURE CORDALE: DE LA MICROSTRUCTURE A LA MICROFONCTION

  • 9 janvier 2019 à 12 h 59 min
    Permalink

    Bonjour,
    très interesant votre article.

    Je suis chanteuse prof. et je vie a Majorque et depuis octobre j’ai un edemas de Reinke. Je ne veux pas m’operer pour l’instant parce que je crois aussi qu’il y a des otres solucions. Est-ce que vous avez des nouvells pour la guerison des oedems de Reinke ? Merci d’avance pour une réponse….( je n’écris pas très bien francais….désolée..)

    http://www.christaelmer.com

    Répondre
    • Alexia Mattei
      10 janvier 2019 à 11 h 55 min
      Permalink

      Bonjour,
      Il existe plusieurs solutions pour les oedèmes de Reinke : le mieux est de vous rapprocher d’un ORL compétant en phonochirurgie pour faire le point avec lui !
      Bien cordialement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *