BEGAIEMENT ET LANGUE DES SIGNES; REFLEXIONS AUTOUR D’UNE ETUDE DE CAS

Christine Bouclier Ruault

Saint-Etienne

ruault.christine@wanadoo.fr

Le bégaiement en Langue des Signes a été peu étudié, mais des témoignages de professionnels en font état. Cette étude avait pour objectif de mettre en évidence l’existence de signes évoquant les disfluences du bégaiement chez un locuteur utilisant la Langue des Signes et d’évaluer leur répercussion sur sa communication.

Nous avons analysé des enregistrements vidéo d’un jeune homme sourd profond appareillé et bégayant à l’oral. Ces enregistrements ont été réalisés dans différentes modalités : oral seul ; oral et Langue des Signes ; Langue des Signes seule. Ils ont montré que l’utilisation conjointe de l’oral et de la Langue des Signes a une répercussion sur l’intensité du bégaiement qui diminue lorsque les deux modalités sont utilisées conjointement (6.47% dans ce cas pour 10.70% à l’oral seul) mais au détriment de l’expressivité du sujet.

Nous avons trouvé que les accidents de parole qui existent dans la Langue des Signes sont plus particulièrement des répétitions de signes ; des imprécisions dans les gestes ; des accélérations  correspondant aux disfluences de l’oral.

L’expressivité, qui est un facteur essentiel de bonne compréhension en Langue des Signes est atteinte et ne permet pas une bonne intelligibilité de la personne sourde.

Des mots d’appuis signés réalisés par des pianotements des doigts apparaissent quand il hésite ou cherche ce qu’il va dire.

Nous pouvons donc en conclure qu’il existe bien des symptômes de bégaiement dans la langue des signes, et que ces symptômes sont tout à fait comparables à ceux qui se manifestent en langage oral.

21_bouclier_ruault

BEGAIEMENT ET LANGUE DES SIGNES; REFLEXIONS AUTOUR D’UNE ETUDE DE CAS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *