DYSFONCTION TEMPORO-MANDIBULAIRE ET DYSPHONIE (DTM)

Alain Piron, Jean-Blaise Roch, Amélie Forestier, Lucie Saulnier

Liège, Belgique

Lyon, France

alainpiron@skynet.be

La liberté du système manducateur est essentielle pour la réalisation d’un geste vocal précis et économique. Deux types de dysfonctions sont à envisager, l’hypertonie du système musculaire manducateur et la dysfonction de l’articulation temporo-mandibulaire (DTM).

L’hypertonie est présente dans un grand pourcentage de patients dysphoniques . Elle perturbe la mobilité mandibulaire, et génère en plus par facilitation neuro-musculaire une hypertonie chronique des muscles de la langue, des chaînes hyoïdiennes et du complexe articulaire occipito-cervical.

La DTM peut perturber de manière importante la mécanique d’ouverture buccale. Elle est plus pathogène chez le chanteur qui a souvent besoin d’une grande ouverture buccale notamment dans l’émission du son aigu.

Celui-ci met alors en place une stratégie de compensation ou d’évitement au détriment d’un réglage optimal des cavités de résonance et l’articulation du son.

Dès lors, il est indispensable de comprendre la physiopathologie des DTM et d’inclure un examen de l’appareil manducateur dans le bilan clinique d’une dysphonie.

 

(L’auteur a refusé la mise en ligne de sa présentation)

DYSFONCTION TEMPORO-MANDIBULAIRE ET DYSPHONIE (DTM)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *