QUEL CHOIX THERAPEUTIQUE POUR LES DYSODIES

Marie-Agnès Faure (Paris),Romain Pérouse (Lyon), Bruno Coulombeau (Lyon)

Mafaure@aol.com

Nous évoquerons le suivi clinique et thérapeutique de trois musiciens investis dans une carrière tant pédagogique qu’artistique autour des  performances acoustiques de la fonction phonatoire,  alors que leur ressenti  et  le bilan laryngoscopique phoniatrique les confrontent  à une laryngopathie.

A propos de trois cas cliniques, nous aborderons certaines décompensations anatomiques en relation avec  les surmenages potentiels de  talents phonatoires  si  appréciés ; le diagnostic  d’une laryngopathie  déclenche souvent  une  rupture brutale de leur confiance en eux et dans une certaine mesure leur professionnalisme  les  encourage à  un  malmenage compensatoire  pouvant déstabiliser leur équilibre anatomo-fonctionnel.

Dans leur 4ème décennie, ces trois consultants présentent un aspect angiomateux  associé  pour deux d’entre eux  à  une particularité congénitale.  Pour chacun, le choix thérapeutique  suggéré est  l’alternance entre  le suivi laryngoscopique, les  prescriptions de médecine alternative,  une forme de « guidance artistique » qui exige une adaptabilité du phoniatre à leur répertoire,  leur langage scénique et leur tempérament,  et  leur gestion personnelle de  certains compromis avec leurs habitudes pour leur permettre de poursuivre leur carrière…

23_faure

QUEL CHOIX THERAPEUTIQUE POUR LES DYSODIES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *