CINE-IRM ET EVALUATION ET PRISE EN CHARGE DES DYSPHAGIES

Florence Guilleré1, S. Riehm2, D. Vetter2, P. Dillenseger2, F. Veillon2, P. Schultz1.

1 Service d’ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale,  Hôpitaux Universitaires de Strasbourg.

2 Service de Radiologie, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

florence.guillere-fauvet@chru-strasbourg.fr

 

Objectifs 

L’objet de cette étude est de déterminer l’apport de l’IRM dynamique i) à l’analyse du mécanisme de déglutition, ii) à la conception de programmes de réhabilitation et iii) à l’évaluation des moyens de compensation développés par les patients.

Matériel et méthodes 

D’octobre 2005 à mai 2010, 80 patients présentant des dysphagies d’étiologies carcinologique (n=60), neurologique (n=14), ou autres (n=6) ont bénéficié d’acquisitions de ciné IRM en déglutition sèche. Des coupes cervico-faciales sagittales, coronales et axiales ont été réalisées en ciné IRM sur un appareil de 1,5 Tesla (Siemens Avanto). Quelques enregistrements comparatifs (n=10) ont pu être effectués en période pré- et post-traitements chirurgicaux, radio- ou chimiothérapiques, ou rééducatifs. Les mesures des mouvements du complexe oro-pharyngo-laryngé, analysés image par image, sont reportées sur une échelle d’évaluation élaborée dans notre service.

Résultats 

La morphologie cervico-faciale après chirurgie reconstructrice, radio- ou chimiothérapie est visualisée. Le mouvement de recul de la langue, l’avancée du mur pharyngé postérieur (en regard de C3), la qualité de l’occlusion oro-pharyngée, l’élévation du larynx (en regard de C6) et celle de l’os hyoïde sont mesurés et peuvent être comparés après traitement quelles que soient les étiologies des dysphagies. En l’absence de déplacement de la paroi pharyngée postérieure à la déglutition, des exercices ciblés sur la fermeture vélo-pharyngée, sur le déplacement antéro-postérieur de la mandibule, ou une stimulation électrique neuromusculaire peuvent être proposés. L’IRM pourra confirmer l’impossibilité de la reprise de l’alimentation par voie orale.

Conclusion

En présence d’une dysphagie, la ciné-IRM de déglutition, avec notre échelle d’évaluation, permet de visualiser et de mesurer i) les déplacements des tissus mous et des cartilages laryngés, ii) l’impact de la rééducation, iii) les moyens de compensation développés par les patients, et d’orienter les programmes de réhabilitation.

16_f_guillera_

CINE-IRM ET EVALUATION ET PRISE EN CHARGE DES DYSPHAGIES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *