LA PHONATION INVERSEE : ASPECTS PATHOLOGIQUE ET THERAPEUTIQUE

Caroline Delpech, Claire de Brugière, Angèle de Wattremez, Gérard Chevaillier,
Patrice Tran Ba huy

Consultation de phoniatrie et d’orthophonie, Sce ORL Hôpital Lariboisière, Paris

gerard.chevaillier@lrb.aphp.fr

Si le phénomène de la voix inversée est assez connu en temps que phénomène transitoire survenant au cours de la phonation normale, il est moins connu en tant qu’entité pathologique. A ce propos il nous a paru intéressant de faire le point sur ce type phonatoire.

Dans la littérature les auteurs rapportent des modifications du tractus laryngé avec abaissement du larynx, dilatation ventriculaire, diminution de l’adduction cordale et augmentation de la fréquence fondamentale. Cette voix a été décrite chez le bébé dans les pleurs et les soupirs. Elle est utilisée en rééducation dans certains cas de voix supraglottique, de dysphonie spasmodique, les troubles de la mue et de bégaiement. Elle sert aussi dans l’exploration vidéostroboscopique et dans les explorations radiologiques laryngées.

Nous illustrerons notre propos avec un de nos patients pour lequel la voix inversée était utilisée en permanence à la place de la voix soufflée habituelle. A l’aide d’enregistrement audio et vidéo, nous présenterons l’ensemble des investigations clinique et fonctionnelle du patient. Nous nous sommes particulièrement intéressés au contexte psychodysfonctionnel particulier dans lequel ce patient se débattait. Les investigations instrumentales concernant la fréquence fondamentale et à l’aspect laryngé nous ont permis de retrouver les mêmes résultats que dans la littérature. Nous parlerons de la prise en charge orthophonique, de ses difficultés et des moyens proposés au patient afin qu’il puisse accepter d’utiliser sa voix soufflée expiratoire.

21_c_delpech

LA PHONATION INVERSEE : ASPECTS PATHOLOGIQUE ET THERAPEUTIQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *