SPEECH HANDICAP INDEX

DAPTATION FRANÇAISE, VALIDATION, ET COMPARAISON AVEC LE VOICE HANDICAP INDEX

Gaëlle Degroote, Jézabelle Simon, Stéphanie Borel, Lise Crevier-Buchman,

Unité Voix Parole Déglutition, HEGP, Paris

lise.buchman@numericable.fr

Objectif :

Cette étude a pour but de valider une version francophone du Speech Handicap Index (SHI), seul outil d’auto-évaluation du handicap lié aux troubles de la parole à dimension internationale dans le domaine de la cancérologie, et d’analyser la pertinence de son application chez des patients dysarthriques souffrant d’affections neurologiques. De plus, par l’intermédiaire du SHI et du Voice Handicap Index (VHI), les différences que peuvent montrer des sujets sains et pathologiques entre auto-évaluation de leur parole et celle de leur voix ont été interrogées.

Matériels et méthodes

La traduction et l’adaptation de l’échelle ont suivi une méthode séquentielle. L’analyse des caractéristiques psychométriques du SHI a été mené sur une population de 112 normo-sujets et 89 patients souffrant de troubles de la parole (patients dysarthriques et patients avec une atteinte anatomique de la sphère orale et/ou oropharyngée). Les réponses des patients avec troubles de la parole ont été confrontées à celles de 28 patients dysphoniques. Tous les sujets ont complété un SHI et un VHI; 82 ont rempli deux semaines plus tard un second SHI pour évaluer la reproductibilité de l’échelle.

Résultats

La consistance interne (coefficient α de Cronbach>0,9) et la reproductibilité (corrélations de Spearman>0,75) sont satisfaisantes pour les témoins et les patients. La différence est significative entre les normo-sujets (moyenne≈8/120) et les sujets pathologiques (m≈52/120) avec un p<0,0001. Les scores au SHI sont statistiquement différents (p=0,048) entre les patients dysphoniques (m≈40/120) et les patients avec troubles de la parole (m≈52/120). Les scores diffèrent également selon la pathologie de parole (p=0,028): les patients dysarthriques (m≈57/120) obtiennent des moyennes plus élevées que les patients avec atteinte anatomique de la sphère orale et/ou oropharyngée (m≈44/120).

Les patients souffrant de troubles de la parole montrent des valeurs statistiquement supérieures (p<0,01) au SHI qu’au VHI; la tendance inverse est observé pour les patients dysphoniques.

Conclusion

La version francophone du SHI est fiable et sensible; elle peut être proposée à des patients avec atteinte de la sphère orale et/ou oro-pharyngée ainsi qu’à des patients dysarthriques. Sa sensibilité au changement en fonction de l’évolution de l’état médical du patient reste à étudier. Les différences observées entre cette échelle et celle du VHI soulignent l’intérêt de proposer l’un ou l’autre de ces outils selon le type d’atteinte des patients.

10_g_degroote

SPEECH HANDICAP INDEX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *