LA DOSIMETRIE VOCALE

QUANTIFICATION DE L’USAGE VOCAL CHEZ DES ENSEIGNANTS

Angélique Remacle, Dominique Morsomme, Marie Simon, Camille Finck

Unité Voix et Orthodontie, Université de Liège, Belgique

Service ORL, Centre Hospitalier Universitaire de Liège, Belgique

angelique.remacle@ulg.ac.be

Objectifs : La dosimétrie ou accumulation vocale est un système permettant d’objectiver le comportement vocal en situation écologique. Différents types d’accumulateurs vocaux existent actuellement sur le marché. Il s’agit d’appareils portables qui mesurent la durée de phonation, l’intensité et la fréquence fondamentale moyenne de la voix. Ces données sont extraites plusieurs fois par seconde à l’aide d’un accéléromètre fixé sur le larynx, et relié à un microprocesseur stockant les données recueillies tout au long de la journée. Les données sont ensuite téléchargées sur un ordinateur et analysées à l’aide d’un logiciel prévu à cet effet.

Méthodes : Cette étude tente de quantifier la charge vocale au sein d’une population d’enseignants, reconnue comme étant des professionnels de la voix. L’accumulateur utilisé est l’Ambulatory Phonation Monitor, Model 3200 (KayPENTAX, Lincoln Park, NJ). La récolte de données durant 1 semaine de travail chez 16 enseignants (14 femmes, 2 hommes) nous a permis d’objectiver l’utilisation vocale propre à cette population.

Résultats et conclusion : Les sujets observés ont un pourcentage de phonation moyen de 21% durant leur temps de travail. L’intensité moyenne est de 77 dB, les deux sexes confondus. La fréquence fondamentale moyenne est de 145Hz pour les hommes et 249Hz pour les femmes. Une estimation de la distance moyenne parcourue par les cordes vocales au cours de la semaine est de 12 197 mètres chez les hommes et de 19 708 mètres chez les femmes. Le nombre moyen de cycles de vibrations estimé par semaine est de 2185908 chez les hommes et de 6334062 chez les femmes. Ces valeurs corroborent les résultats d’études précédentes qui mettent en évidence une charge vocale élevée chez les enseignants (Hunter & Titze, 2010), pouvant constituer un facteur de risque dans l’apparition des pathologies vocales chez ces professionnels de la voix (Vilkman, 2000).

2011_15

LA DOSIMETRIE VOCALE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *