EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE ET DE LA DEGLUTITION DES PATIENTS

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE ET DE LA DEGLUTITION DES PATIENTS

… ATTEINTS D’UN CANCER DE L’OROPHARYNX TRAITES PAR CHIRURGIE ASSISTEE PAR ROBOT

Stéphane Hans, Rebecca Croidieu, Grégoire Vialatte De Pemille, Madeleine Menard, Lise Crevier-Buchman, Marie Claude Monfrais-Pfauwadel, Daniel Brasnu.

Service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale, Hôpital Européen Georges Pompidou,  Faculté de médecine Paris Descartes, Paris.

stephane.hans@egp.aphp.fr

Objectifs : Présenter les résultats préliminaires de la qualité de vie et de la qualité de la déglutition d’une série de 15 patients traités par oropharyngectomie par voie trans-orale assistée par robot (robot Da Vinci, Intuitive Surgical®).

Matériel et méthodes : Etude prospective monocentrique non randomisée sur 15 patients atteints d’un cancer de l’oropharynx. Ont été analysés : les données démographiques, la qualité de vie par les questionnaires (QLQ-C 30 et H&N 35 de l’EORTC) et la qualité de la déglutition par les questionnaires (MDADI, DHI et EAT610), avant l’intervention, à 6 mois et à plus d’1 an de la fin du traitement.

Résultats : Quinze Patients (10 sujets masculins et 5 sujets féminins) d’âge moyen 65 ans (47-73 ans) ont été inclus. Les tumeurs étaient classées : cT1 : 4 ; cT2 : 10 et  cT3 : 1.

Six patients sur 15 ont été traités par radio-chimiothérapie post-opératoire car l’analyse histopathologique des pièces d’évidements avait montré la présence d’adénopathies cervicales métastatiques multiples +/- en rupture capsulaire.

A 12 mois de la procédure, tous les patients avaient une déglutition per os considérée comme normale sans sonde d’alimentation et sans trachéotomie.

Cependant, à 12 mois de l’intervention, il existait une différence statistiquement significative entre le groupe de patients traités par chirurgie assistée par robot suivie ou non d’une radiothérapie : MDADI (0,02) ; DHI (p = 0,01) ; EAT – 10 (p = 0,002). L’échelle H&N 35 a montré également une différence significative entre le groupe traité par radio-chimiothérapie complémentaire ou non pour les items « déglutition » (p = 0,02), « manger en société » (p = 0,02) et « goût et odorat » (p = 0,0004). Avant l’intervention, les deux groupes étaient identiques.

Conclusion : Après oropharyngectomie trans-orale assistée par robot, les patients ont une bonne qualité de vie et de déglutition. Une radio-chimiothérapie post-opératoire compromet la qualité de déglutition. Des études multi-centriques sont nécessaires pour confirmer ces résultats préliminaires

15

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE ET DE LA DEGLUTITION DES PATIENTS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.