EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE ET DE LA DEGLUTITION DES PATIENTS

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE ET DE LA DEGLUTITION DES PATIENTS

… ATTEINTS D’UN CANCER DE L’OROPHARYNX TRAITES PAR CHIRURGIE ASSISTEE PAR ROBOT

Stéphane Hans, Rebecca Croidieu, Grégoire Vialatte De Pemille, Madeleine Menard, Lise Crevier-Buchman, Marie Claude Monfrais-Pfauwadel, Daniel Brasnu.

Service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale, Hôpital Européen Georges Pompidou,  Faculté de médecine Paris Descartes, Paris.

stephane.hans@egp.aphp.fr

Objectifs : Présenter les résultats préliminaires de la qualité de vie et de la qualité de la déglutition d’une série de 15 patients traités par oropharyngectomie par voie trans-orale assistée par robot (robot Da Vinci, Intuitive Surgical®).

Matériel et méthodes : Etude prospective monocentrique non randomisée sur 15 patients atteints d’un cancer de l’oropharynx. Ont été analysés : les données démographiques, la qualité de vie par les questionnaires (QLQ-C 30 et H&N 35 de l’EORTC) et la qualité de la déglutition par les questionnaires (MDADI, DHI et EAT610), avant l’intervention, à 6 mois et à plus d’1 an de la fin du traitement.

Résultats : Quinze Patients (10 sujets masculins et 5 sujets féminins) d’âge moyen 65 ans (47-73 ans) ont été inclus. Les tumeurs étaient classées : cT1 : 4 ; cT2 : 10 et  cT3 : 1.

Six patients sur 15 ont été traités par radio-chimiothérapie post-opératoire car l’analyse histopathologique des pièces d’évidements avait montré la présence d’adénopathies cervicales métastatiques multiples +/- en rupture capsulaire.

A 12 mois de la procédure, tous les patients avaient une déglutition per os considérée comme normale sans sonde d’alimentation et sans trachéotomie.

Cependant, à 12 mois de l’intervention, il existait une différence statistiquement significative entre le groupe de patients traités par chirurgie assistée par robot suivie ou non d’une radiothérapie : MDADI (0,02) ; DHI (p = 0,01) ; EAT – 10 (p = 0,002). L’échelle H&N 35 a montré également une différence significative entre le groupe traité par radio-chimiothérapie complémentaire ou non pour les items « déglutition » (p = 0,02), « manger en société » (p = 0,02) et « goût et odorat » (p = 0,0004). Avant l’intervention, les deux groupes étaient identiques.

Conclusion : Après oropharyngectomie trans-orale assistée par robot, les patients ont une bonne qualité de vie et de déglutition. Une radio-chimiothérapie post-opératoire compromet la qualité de déglutition. Des études multi-centriques sont nécessaires pour confirmer ces résultats préliminaires

15

EVALUATION DE LA QUALITE DE VIE ET DE LA DEGLUTITION DES PATIENTS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *