EVALUATION DU COMPORTEMENT DU CONDUIT VOCAL DANS LE HUMAN BEATBOX

GRACE A UNE ECHELLE VISUELLE OCM

Lise Crevier-Buchman1/2, Claire Pillot-Loiseau2, Tiphaine de Torcy3, Agnès Clouet3, Jacqueline Vaissière2, Daniel Brasnu1/2

1 Laboratoire de la voix, Service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale; Hopital Européen Georges Pompidou, APHP, Université Paris Descartes Sorbonne Cité, Paris

2Laboratoire de Phonétique et Phonologie CNRS UMR 7018,
Université Sorbonne Paris Cité

3 Université Paris VI Pitié Salpêtrière, Paris

lise.buchman@numericable.fr

Objectifs : Décrire l’agilité du conduit vocal chez les chanteurs de Human Beatbox. Les explorations en nasofibroscopie et vidéo stroboscopie ont permis de définir des échelles d’évaluation qui s’intéressent au plan glottique et plus particulièrement à la qualité de vibration et d’ondulation muqueuse des plis vocaux. Aucune échelle ne permet de prendre en compte les mouvements du conduit vocal dans son ensemble lors de la parole ou du chant. Notre but est de proposer une échelle OCM (Open, Close, Movement) des différentes régions du conduit vocale en prenant le cas du Human Beatbox.

Méthodes : Nous avons réalisé une analyse descriptive du comportement pharyngo-laryngé en vidéofibroscopie de 3 chanteurs de Human Beatbox; leur art consiste à reproduire des sons d’origine instrumentale, rythmique et vocale. Nous avons créé une échelle visuelle tridimensionnelle OCM pour décrire les mouvements d’ouverture (O), de fermeture (C) et la présence de mouvement vertical (M) du conduit vocal. L’amplitude des mouvements va de 0 à 3 : la position de référence ou neutre est celle observée en respiration et correspond au grade 0, la position extrême est cotée 3. L’observation porte sur la cavité pharyngée et laryngée selon trois axes : antéro-postérieur, transversal, vertical. La cavité laryngée est divisée en quatre régions (glotte, bandes ventriculaires, aryténoïdes, épiglotte). Les trois catégories de sons produits par les Beatboxers étaient ceux des percussions, des instruments à vents et des sons électroniques (guitare électrique). Un outil graphique permet de placer les axes sur les images vidéofibroscopiques.

Résultats: Les comportements du conduit vocal sont transcrits sous forme de tableau. L’observation du pharyngo-larynx pendant la production sonore, a permis de constater une mobilisation des différentes structures pharyngo-laryngées de manière indépendante et synchrone. La forme et le mouvement des différentes structures étaient identiques pour chaque chanteur selon la tache phonatoire. Nous avons ainsi pu caractériser les gestes spécifiques à chaque production sonore.

Conclusion : Une échelle tridimensionnelle est nécessaire pour capturer la complexité et la synergie des mouvements du pharyngo-larynx. Cette échelle peut être appliquée à d’autres techniques vocales, d’autres langues (qui utilisent des consonnes pharyngales par exemple) ou pour la production de parole modifiée comme après une laryngectomie partielle. L’échelle OCM devrait permettre d’objectiver le comportement du conduit vocal correspondant à la perception de différents sons. Ainsi la compréhension des gestes complexes de la parole pourrait guider la rééducation et servir d’outils pédagogiques. Des études sont en cours pour valider la reproductibilité de cette échelle.

( L’auteur a refusé la mise en ligne de sa présentation )

EVALUATION DU COMPORTEMENT DU CONDUIT VOCAL DANS LE HUMAN BEATBOX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *