LA CINEMATOGRAPHIE ULTRA RAPIDE DU LARYNX, SES APPORTS EN

Gérard Chevaillier, Paris

gchevaillier@orange.fr

Introduction

Le développement au domaine médical de la cinématographie ultrarapide et sa diffusion prochaine en clinique phoniatrique vont sans doute changer notre façon de voir les larynx et de diagnostiquer ses troubles.

Matériel et Methodes

Jusqu’à présent, seule la stroboscopie pouvait nous renseigner sur l’aspect vibratoire des cordes vocales mais avec certaines limites. Le mouvement des cordes vocales enregistré n’est qu’un mouvement apparent, rendu possible par un éclairage intermittent des cordes vocales réglé sur la voix et décalé de quelque Hertz. Cette technique présente plusieurs inconvénients techniques : nécessité qu’il y ai de la voix pour déclencher la lumière stroboscopique ; enregistrement d’un faible nombre d’image par seconde (25 i/s) ; perte d’images correspondant à la période non éclairée entre deux flashs ; étude limitée dans le haut du spectre vocal (démultiplication).

Dans la cinématographie ultra rapide, l’enregistrement numérique permet de filmer jusqu’à 4000 images par seconde avec un éclairage permanent du larynx. La lecture ralentie de séquences courtes (2 s) permet de visualiser le mouvement réel des structures vibrantes, d’analyser le comportement du vibrateur pendant les phases transitoires de l’attaque et de l’extinction du son. Les séquences filmées en haute résolution permettent une analyse plus globale des cordes vocales et des mouvements d’écartement et de rapprochement.

Cette présentation est une étude préliminaire qui a pour but  d’explorer les différents champs d’application de ce nouvel outil.

Résultats

Seront présentés des extraits vidéo de larynx normaux en voix parlée (voyelles tenues et parole) et chantée (mécanismes laryngés et passages). Dans les dysphonies organiques quelques exemples nous ont particulièrement intéressés : paralysie cordale, rigidité cordale cicatricielle, béance glottique, et comportements supraglottique.

Conclusions

Au terme de cette présentation après avoir évoqué le problème du coût de l’appareillage, du stockage et de l’accès aux informations enregistrées, nous essayerons de dégager les points forts de cette nouvelle technique d’examen par rapport à la stroboscopie classique, ainsi que quelques pistes de recherche clinique.

06_chevaillier

LA CINEMATOGRAPHIE ULTRA RAPIDE DU LARYNX, SES APPORTS EN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *